Smartphone et indice DAS : tout savoir sur les ondes radioélectriques

On peut remarquer que l’inscription DAS est présente sur toutes les fiches techniques de téléphones mobiles. En effet, les constructeurs de nos smartphones doivent respecter un seuil d’émission des ondes radioélectriques, lors de la conception de leur produit, dans le but de limiter les risques pour notre santé. Cette limite est transmise par le DAS. Mais qu’est-ce que cela veut dire réellement ? Quels impacts sur la santé ? Peut-on les limiter ? On vous explique tout !

SMARTPHONE-s8

Le DAS, c’est quoi ?

DAS, c’est l’acronyme de débit d’absorption spécifique. C’est l’indice qui permet de mesurer les ondes émises par un appareil radioélectrique ; comme le smartphone, la tablette ou encore les montres connectées. En effet, une partie de l’énergie transportée par ces ondes est absorbée par notre corps.

On le mesure comment ?

On mesure le DAS d’un smartphone en watt par kilogramme(W/kg) sous différents angles de la façon suivante :  on expose  un mannequin rempli d’un liquide  simulant les tissus humain, à des ondes. Grâce à cet indice de mesure, les scientifiques peuvent calculer les émissions au niveau de tout le corps. Ces tests sont ajustés pour chaque bande de fréquences de chaque type de réseau: de la 2G à la 5G.

La conformité des appareils commercialisés en France sont contrôlés par l’ANFR (Agence nationale des fréquences) qui fait des analyses sur des modèles présents sur le marché. Pour obtenir le DAS maximal de chaque appareil étudié, l’ANFR utilise un protocole de test qui simule des conditions extrêmes : appareil collé pendant plus de 5 min dans plusieurs positions, réseaux difficiles à capter, émissions d’ondes constantes.

Quelles sont les valeurs limites ?

La commission internationale de protection contre les rayonnements non ionisants  (CIPRNI) a limité le DAS à 2 W/kg pour 10 grammes de tissu humain. Il est donc, dans l’intérêt des constructeurs d’afficher un DAS correct au risque de voir leur produit retiré du marché dans le cas où il dépasserait les limites imposées.

Plusieurs types ?

Et oui ! On peut porter et tenir son smartphone sur différentes partie de notre corps c’est pourquoi il existe trois types DAS pour mesurer les émissions des ondes sur ces divers endroits :

  • Le “DAS tête” correspond à une conversation téléphonique avec l’appareil collé à  l’oreille. La limite d’émissions est fixée à 2 W/kg pour 10 grammes de tissu humain.
  • Le “DAS tronc” est associé aux usages où le téléphone est dans une poche de veste ou dans un sac et que vous utilisez une oreillette/écouteurs. Sa valeur limite est, elle aussi, de 2 W/kg.
  • Le “DAS membre” reflète un appareil connecté que l’on tient dans la main, que l’on porte au poignet, comme les montre connecté  ou que l’on range dans la poche du pantalon . La limite d’émission est établie à 4 W/kg

Les valeurs varient-elles d’un smartphone à un autre ?

Oui, car cela peut dépendre de la disposition des composants de votre smartphone. Mais attention! Un DAS faible n’est pas gage que l’appareil émet moins d’ondes que son concurrent avec un DAS plus élevé car il faut prendre en compte la qualité des antennes de celui-ci. Des sites spécialisés vous indiquent le DAS de presque tous les modèles annoncés ou mis sur le marché. Il faut bien être attentifs que l’indication soit aux normes européennes : basé sur des tests de 10 grammes de tissus.

LE DAS, c’est nocif ?

La principale conséquence des émissions d’ondes est biologique et se traduit par un échauffement des tissus. Cependant, un effet biologique n’est pas systématiquement synonyme de danger pour la santé.  s’il s’agit d’une exposition de courte durée dans un environnement ordinaire, comme son domicile, les risques seraient moindre voir nul. Au contraire, s’il s’agit d’une d’une exposition à longue durée, des études scientifiques ont conclu que les risques de cancer du cerveau seraient favorisés. Il est tout de même conseillé de ne pas dormir à côté de son smartphone et d’éviter de le garder constamment dans la poche.

emotion-onde

Peut-on limiter les risques du DAS ?

Des accessoires anti-ondes ?

Il existe divers accessoires anti-ondes plus ou moins coûteux, même si leur efficacité ne fait pas toujours l’unanimité. Parmi eux :

  • La coque anti-onde : Elle serait inefficace et contre-productive, car même si elle diminue de manière significative le DAS, elle empêche une bonne utilisation du téléphone en réduisant le signal. De plus, la batterie sera sollicitée en permanence pour rechercher le réseau.
  • Le patch autocollant : Ce patch à coller sur le téléphone permettrait de réduire d’au moins 60% l’exposition aux ondes par rapport au DAS maximal en régulant la puissance du téléphone en éliminant l’absorption d’une partie des ondes inutile pour une bonne communication. Cependant aucune étude satisfaisante n’a été apportée à ce jour sur l’efficacité réelle du produit.
  • Les vêtements anti-ondes : Les ondes électromagnétiques sont suspectées d’avoir des effets néfastes sur la fertilité des individus. C’est pourquoi certaines marques comme Petit bateau se sont servies de cette hypothèse pour proposer des caleçons, t-shirts, couvertures, casquettes et bonnets “anti-ondes” à des prix onéreux souvent injustifiés.
patch-anti-onde

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.